• Vassieux en Vercors est détruit par une violente attaque allemande à partir du 22 juillet 1944. D'où vient que les alliés n'ont pas apporté leur soutien à une base dont ils avaient pourtant souhaité la constitution. Albert Fié, mémoire de la résistance régionale a son opinion sur le sujet. Il raconte aussi ce qu'il a vécu, non loin, pendant ces heures. C'est ici.


    3 commentaires
  • Dans la nouvelle extension de ce site, consacrée aux vidéos hors de la vallée de la Gervanne, nous débutons une série pleine d'humour et de chaleur humaine avec le résistant Albert Fié: c'est ici 

    Un entretien avec le résistant Albert Fié


    4 commentaires
  • Intégrale.- Irène Vieux a vécu et peiné aussi loin qu'il est possible au bout de la vallée de Quint. Elle y a mené une rude existence de paysanne. Mais elle ne le regrette pas. Elle le raconte ici.


    votre commentaire
  • INTÉGRALE.-Le succès de notre modeste site nous fait sortir de plus en plus souvent des limites de la Gervanne. Ici, nous n'allons pas bien loin, puisque c'est à Piégros avec René Bergier, qui en fut maire pendant dix huit ans, et qui en raconte si bien la vie passée.


    votre commentaire
  • INTÉGRALE.- Max Béranger, ancien maire de Gigors-et-Lozeron, fut de cette catégorie d'élus qui firent bouger leur terroir dans les années soixante dix. Il est porteur de la mémoire de belles histoires humaines qui reflètent de forts tempéraments. Et il en fallait dans une région dure, notamment pendant la guerre. Il le raconte avec émotion.


    votre commentaire
  • INTÉGRALE.- On peut voir aujourd'hui, juste au dessous de l'église de Gigors  un petit monument qui rappelle les combats de juillet 1944 où les hommes de la compagnie de résistance Bentrup s'opposèrent aux Allemands et les tinrent en échec. Jean Gautheron, parmi d'autres, en fit partie. Il le raconte dans notre nouvelle vidéo ainsi que cet épisode majeur mais pourtant oublié de la reconstruction, après-guerre, qui permit à de très modestes artisans ou à de minuscules entreprises de prendre une place sur le marché du bâtiment.


    votre commentaire
  • INTÉGRALE.- On mesure mal l'immense richesse que fut, pour le gros bourg de Saillans dans la Drôme, son entreprise de tissage Naef, à capitaux suisses. Des décennies durant, on y embaucha à tour de bras, au point qu'il fallut même aller chercher de la main d'oeuvre en Italie, voire en Espagne. Notre témoin est précisément une de celles qui vécurent, non sans difficulté, cette aventure. Bianca Sinfiso, par la suite Bianca Arnaud par mariage, nous raconte ce morceau de vie avec beaucoup de chaleur. ATTENTION: pour avoir une très bonne qualité d'image indiquez bien sur la présélection du lecteur Youtube (petite roue crantée au bas de l'image: HD: 1080). 


    votre commentaire
  • INTÉGRALE.-Henri Bouvat a fait partie, dans les années soixante, de cette génération de jeunes qui s'est passionnée pour la musique qui se réinventait dans cette période là. Il a commencé avec quelques amis à Beaufort à bidouiller dans de petits coins. Puis, avec son frère René tout aussi populaire dans le village, il a fini par se faire apprécier de ces grands orchestres qui couraient le Sud-Est de la France. C'est ce moment de notre histoire qu'il nous raconte ici.


    votre commentaire
  • INTÉGRALE.- Depuis les persécutions dont ont été l'objet les protestants, de nombreux cimetières privés ponctuent nos paysages. Une estimation donne le chiffre de 800 dans la Drôme, mais un immense travail de recensement doit être complêté. Il a commencé à être entrepris par l'Association pour la Sauvegarde des Cimetières Familiaux dont le siège est à Die. Ses responsables donnent ici une mesure de la richesse de ce patrimoine.


    votre commentaire
  • INTÉGRALE.- Les Berthalais, que l'automobiliste passe si vite lorsqu'il circule dans la vallée de la Gervanne, furent au coeur d'une considérable activité industrielle, exactement de filature. Elles témoignent d'un temps où la vie s'organisait tout autrement, où pratiquement tous les habitants avaient un bout de terre, où l'on se partageait entre la terre et la fabrique. La vie était rude, d'autant plus que la deuxième guerre mondiale est passée par là. Mais Mme. Marie-Rose Lombard, qui a vu toute cette évolution et qui la décrit avec une grande chaleur, nous dit aussi le bonheur d'une vie.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
mouriquand sur