• Au tournant du XX° siècle, à Puy Saint Martin, dans la Drôme exerçait le facteur Jacquet. Il avait le goût de la photographie, utilisant, bien sûr, un appareil à plaques de verre. Une bonne partie de celles-ci ont pu être sauvées et mises en valeur. Voici ce dont elles témoignent sur la société paysanne de l'époque.

    Nos vidéos sont produite par Vidéos Val de Drôme qui a besoin de vos soutiens: 2 rue de la Mairie 26400 Beaufort-sur-Gervanne. vvdd@orange.fr

     


    votre commentaire
  • Chez les Estour, on est, à Crest, notaire de père en fils. Formidable point d'observation pour regarder vivre la société alentour. Joseph Estour en témoigne ici.


    votre commentaire
  • Le château de Plan-de-Baix, connu sous le nom de château de Montrond intrigue probablement en raison de ses lignes qui évoquent une bande dessinée. Il n'est pas accessible au public. Mais voici la passion qu'il suscite chez ses propriétaires.


    votre commentaire
  • Dans notre vallée productrice de lavande, on a connu, comme les deux témoins cités dans cette vidéo, le terrible dessèchement de la lavande. Accusée: une mouche venue d'Afrique du Nord, la cicadelle, dont il faut bien dire qu'on ne sait pas l'éradiquer.


    votre commentaire
  • Le Val de Drôme, une bonne partie du Vercors, une large part des Hautes-Alpes et du sud de la Drôme ont formé le territoire de nos ancêtres les Voconces. Ce peuple fut installé là à partir du 3° siècle avant Jésus-Christ, peut-être avant. Ils demeurent pleins de mystère pour nous, mais Jacques Planchon, conservateur du musée de Die, les connaît bien.


    votre commentaire
  •  

    Les cabanons de Gilles Xueref au Caméléon

    Le photographe Gilles Xueref inaugure le 23 septembre à 19h au restaurant le Caméléon à Crest (face au Crestois) une exposition retraçant sa passion ancienne pour les cabanons qui parsèment nos paysages. « Elle raconte, dit-il, ce moment de l'histoire de notre agriculture où les paysans de la région allaient aux champs et, faute de pouvoir rentrer le soir, en raison de l'éloignement, possédaient ses constructions, souvent à deux étages, l'une en bas avec une cheminée où était aussi ménagé un espace pour les animaux, et une petite chambre en haut. » C'est, en effet, tout un temps de notre histoire paysanne que retracent ces images où le photographe a voulu soigner la lumière et le cadrage.

    Le talent de Gilles Xueref a été reconnu par différents prix, notamment du temps – entre 1979 et 1988- où il a tenu un commerce de photographie à Crest. En réalité, un très grand nombre d'habitants de notre région le connaissent sans le savoir. En effet, une partie importante des cartes postales qui ont longtemps circulé sur notre région viennent de la société d'édition qu'il a animé avec son épouse Marie-France, après la fermeture de leur commerce à Crest.

     

    Ancien cameraman puis photographe de plateau à la télévision française dans ses temps héroïques, Gilles Xueref poursuit actuellement son travail de photographe et travailla à une exposition ultérieure.


    votre commentaire
  • On possédait des photographies sur la libération de notre région en 1944. Par chance, nous avons pu retrouver des films dans les archives de l'armée américaine 


    1 commentaire
  • Cliquer sur la photo pour écouter l'émission

     

    Notre travail de sauvegarde de la mémoire villageoise sur France Bleue Drôme-Ardèche


    votre commentaire
  • Yvonne Caillet est bien connue dans la Drôme pour avoir tenu, dans un des lieux les plus isolés du département, l'Escoulin, l'auberge de Capoue, où se sont retrouvés Annie Cordy, Pierre Dac, ou encore Peter Townsend, le fiancé de la princesse Margaret. Mais cette auberge avait précédemment été la ferme familiale où, pendant la guerre, les chefs de la résistance eurent leur quartier général. Et Yvonne Caillet, aujourd'hui âgée de 96 ans, témoigne ici des deux vocations de la ferme familiale avec une grande chaleur.


    votre commentaire
  • Jadis existait, à l'entrée de Plan de Baix, un café tenu par la famille Lantheaume. Là, pendant la guerre, bien des résistants y ont trouvé des complicités. Lucie Bénard, née Lantheaume, le raconte ici ainsi que les destructions de Plan de Baix et de Beaufort dont elle fut témoin directe.

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
mouriquand sur